Innovation et R&D

 

 

Marie-Pascale

 

Poste actuel : Lab Leader groupe Biodisponibilité Département Biologie, Bayer Crop Science

 

Site : Centre de Recherche de La Dargoire (CRLD), Lyon (69)

 

Entrée chez Bayer : 2002 (recrutée en 1987 chez Rhône-Poulenc au CRLD)

 

 

 

 

 

 

 

« Chercheurs et techniciens sont soumis en permanence à des nouveaux enjeux biologiques, économiques, réglementaires auxquels ils doivent s’adapter. »

Quelle est votre fonction aujourd’hui ? 

J’ai fait toute ma carrière dans la recherche pour la lutte contre les maladies des plantes. Je suis aujourd’hui Lab Leader au sein du groupe Biodisponibilité du Département Biologie du CRLD et membre de la communauté scientifique d’Experts Bayer (Research Fellow) qui réunit une centaine de personnes. A ce titre, je participe à l’établissement de collaborations extérieures, à la transmission des connaissances dans l’entreprise et à faire rayonner la crédibilité et l’excellence scientifique de Bayer en termes d'innovation.

 

L’innovation est le fil rouge du Groupe…

Bayer consacre une part importante de son chiffre d’affaire à l’innovation et à la R&D. Pour Crop Science, il s'agit de découvrir de nouvelles solutions pour la protection des cultures adaptées aux défis actuels et futurs de l’agriculture et du développement durable où les produits de la chimie resteront un atout majeur associé aux agents de biocontrôle et à la sélection des semences. Dans un contexte réglementaire très coercitif et évolutif, le processus de R&D s'est allongé (10 -12 ans) et représente un investissement de 250 millions d’euros en moyenne (150 en 2003 (1)), hausse liée à l’obligation de réaliser toujours plus d’études d’évaluation toxicologiques et écotoxicologiques.

 

Quel est l’impact sur la façon de penser l’innovation ?

Le Groupe plébiscite désormais la complémentarité des moyens de lutte : agents de biocontrôle, semences et nouvelles molécules de synthèse aux nouveaux modes d’action. Trouver de nouvelles solutions, c’est savoir se remettre en question, développer et intégrer les outils et méthodes en fonction des progrès et innovations technologiques en chimie, biologie, biochimie et toxicologie. C’est aussi faire appel à la miniaturisation, l’automatisation et autres technologies d’analyse de pointe, de la collecte au traitement informatisé des données et de l’information pour dresser, au plus tôt, le profil d’efficacité et toxicologique (2) de nos produits.

 

S’adapter est donc le maître mot ?

Chercheurs et techniciens sont sans cesse soumis à des nouveaux enjeux biologiques, économiques et réglementaires. Rien n'est jamais acquis en R&D. Il faut être passionné, perspicace, curieux, apte à se remettre en question pour dépasser ce que l'on connaît. 

 

L'innovation est aussi une aventure collective...

Nous travaillons de façon très transversale entre disciplines sur un même site et aussi entre les sites de recherche et développement. Ainsi nous partageons les étapes de détection et d’optimisation entre une équipe de biologistes à Monheim, et les équipes de biologie /biodisponibilité et biochimie localisées à La Dargoire.

 

En France, les enjeux de l'innovation dépassent le cadre scientifique...

Nous avons beaucoup à faire en termes de communication pour répondre au questionnement sociétal sur l’utilisation des produits phytosanitaires en expliquant mieux comment nous travaillons et les enjeux en agriculture. Nous agissons de façon très professionnelle tout au long du processus de R&D et au-delà, et nous sommes d’autant plus fiers que nous apportons un soutien indispensable à l’agriculture.

 

(1)   Source : UIPP

(2)   Réalisé sur le site de Sophia-Antipolis

Voir les Offres

Accès à votre profil

Suivez nous sur ...

Contactez nous

Last update: 7 mars 2016   Copyright © Bayer AG
URL: http://carriere.bayer.fr/opencms/opencms/fr/people-at-bayer/bayer-commitments/innovation/